Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/44/d584639483/htdocs/mjcannonay.org/www/html/config/ecran_securite.php on line 245
Ciné-Passion : MJC Annonay
MJC d'Annonay

Recherche avancée

Accueil > Cinéma > Ciné-Passion

NOS ANNÉES FOLLES
- jeudi 5 octobre - 20h30 - @@ -
- vendredi 6 octobre - 19h - @@ -
- samedi 7 octobre - 19h - @@ -
- lundi 9 octobre - 20h30 - @@ -
- mardi 10 octobre - 20h30 - @@ -
De André Téchiné – France - 2017 – 1h43
Avec Pierre Deladonchamps, Céline Sallette, Grégoire Leprince-Ringuet, Michel Fau
SÉLECTION OFFICIELLE - CANNES 2017
[Plus d'infos]

La véritable histoire de Paul qui, après deux années au front, se mutile et déserte. Pour le cacher, son épouse Louise le travestit en femme. Dans le Paris des Années Folles, il devient Suzanne. En 1925, enfin amnistié, Suzanne tentera de redevenir Paul…

C’est la folie de cette histoire et son caractère baroque qui a donné envie à André Téchiné de l’adapter sur grand écran. Le metteur en scène voit ainsi NOS ANNÉES FOLLES pas comme un biopic sur Paul Grappe, mais comme un biopic sur le couple qu’il forme avec Louise et qui va donner naissance à un enfant en la personne de Suzanne : 
« C’était un récit d’une telle folie qu’il fallait inclure le mot "fou" dans le titre. Et en plus ça reposait sur des faits avérés. C’est tout à fait excitant pour un projet de cinéma. »  


UN BEAU SOLEIL INTÉRIEUR
- jeudi 12 octobre - 20h30 - @@ -
- vendredi 13 octobre - 19h - @@ -
- samedi 14 octobre - 19h - @@ -
- lundi 16 octobre - 20h30 - @@ -
- mardi 17 octobre - 20h30 - @@ -
De Claire Denis – France - 2017 – 1h34
Avec Juliette Binoche, Xavier Beauvois, Philippe Katerine, Josiane Balasko, Nicolas Duvauchelle, Alex Descas, Laurent Grévill, Bruno Podalydès, Paul Blain, Valeria Bruni Tedeschi, Gérard Depardieu
[Plus d'infos]

Isabelle, divorcée, un enfant, cherche un amour. Enfin un vrai amour.

Claire Denis a puisé son inspiration de départ dans Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes. En effet, c’est le mot "Agony", présent dans Fragments, qui a donné envie à la réalisatrice de mettre en scène UN BEAU SOLEIL INTÉRIEUR. Elle a ensuite développé le scénario avec la romancière Christine Angot :

"Agony évoque pour moi une façon très chic et un peu snob de dire que l’on a dépassé les misères de l’amour : l’attente insoluble, l’idéal déçu. On peut commencer à s’approprier ce mot à partir du moment où l’on est devenu plus pragmatique dans ses rapports amoureux et où on peut se permettre une ironie sur son passé, son parcours. Et ce mot d’Agony nous a tout de suite mises, Christine et moi, dans une sorte d’enchantement, de fantaisie. C’est en quelque sorte le thème de nos propres « agonies amoureuses » qui a déclenché l’écriture."


THE SQUARE
- jeudi 2 novembre - 20h30 - @@ -
- vendredi 3 novembre - 19h - @@ -
- samedi 4 novembre - 19h - @@ -
- lundi 6 novembre - 20h30 - @@ -
- mardi 7 novembre - 20h30 - @@ -
De Ruben Ostlund – Suède - 2017 – 2h31 - VOSTF
Avec Claes Bang, Elisabeth Moss, Dominic West, Terry Notary
PALME D’OR - CANNES 2017
[Plus d'infos]

Christian est un père divorcé qui aime consacrer du temps à ses deux enfants. Conservateur apprécié d’un musée d’art contemporain, il fait aussi partie de ces gens qui roulent en voiture électrique et soutiennent les grandes causes humanitaires. Il prépare sa prochaine exposition, intitulée « The Square », autour d’une installation incitant les visiteurs à l’altruisme et leur rappelant leur devoir à l’égard de leurs prochains. Mais il est parfois difficile de vivre en accord avec ses valeurs : quand Christian se fait voler son téléphone portable, sa réaction ne l’honore guère… Au même moment, l’agence de communication du musée lance une campagne surprenante pour The Square : l’accueil est totalement inattendu et plonge Christian dans une crise existentielle.

Le cinéaste suédois Ruben Östlund revient sur ses intentions en lançant le projet de son film : "Tout comme SNOW THERAPY, THE SQUARE est un film dramatique et satirique. Je voulais faire un film élégant en me servant de dispositifs visuels et rhétoriques pour bousculer le spectateur et le divertir. Sur le plan thématique, le film aborde plusieurs sujets, comme la responsabilité et la confiance, la richesse et la pauvreté, le pouvoir et l’impuissance, l’importance croissante que l’on accorde à l’individu par opposition à la désaffection vis-à-vis de la communauté et la méfiance à l’égard de l’État en matière de création artistique et de médias."


À VOIX HAUTE – LA FORCE DE LA PAROLE
- jeudi 9 novembre - 20h30 - @@ -
- vendredi 10 novembre - 19h - @@ -
- samedi 11 novembre - 19h - @@ -
- lundi 13 novembre - 20h30 - @@ -
- mardi 14 novembre - 20h30 - @@ -
De Stéphane De Freitas et Ladj Ly – France – 2017 – 1h39
[Plus d'infos]

Chaque année à l’Université de Saint-Denis se déroule le concours "Eloquentia", qui vise à élire « le meilleur orateur du 93 ». Des étudiants de cette université issus de tout cursus, décident d’y participer et s’y préparent grâce à des professionnels (avocats, slameurs, metteurs en scène...) qui leur enseignent le difficile exercice de la prise de parole en public. Au fil des semaines, ils vont apprendre les ressorts subtils de la rhétorique, et vont s’affirmer, se révéler aux autres, et surtout à eux-mêmes. Munis de ces armes, Leïla, Elhadj, Eddy et les autres, s’affrontent et tentent de remporter ce concours pour devenir « le meilleur orateur du 93 ».

Porté par une foi sans bornes dans le potentiel de ces jeunes élèves et dans le pouvoir des mots et de la parole, À VOIX HAUTE s’impose comme un témoignage majeur, porteur d’espoir et vecteur d’une puissante énergie. 

Rencontre avec un invité du film (sous réserve) lors de la séance du mardi 14 novembre. En partenariat avec la Semaine de la Solidarité Internationale.


DETROIT
- jeudi 16 novembre - 20h30 - @@ -
- vendredi 17 novembre - 19h - @@ -
- samedi 18 novembre - 19h - @@ -
- lundi 20 novembre - 20h30 - @@ -
- mardi 21 novembre - 20h30 - @@ -
De Kathryn Bigelow – États-Unis - 2017 – 2h23 - VOSTF
Avec John Boyega, Will Poulter, Algee Smith, Jacob Latimore
[Plus d'infos]

Été 1967. Les États-Unis connaissent une vague d’émeutes sans précédent. La guerre du Vietnam, vécue comme une intervention néocoloniale, et la ségrégation raciale nourrissent la contestation. À Detroit, alors que le climat est insurrectionnel depuis deux jours, des coups de feu sont entendus en pleine nuit à proximité d’une base de la Garde nationale. Les forces de l’ordre encerclent l’Algiers Motel d’où semblent provenir les détonations. Bafouant toute procédure, les policiers soumettent une poignée de clients de l’hôtel à un interrogatoire sadique pour extorquer leurs aveux. Le bilan sera très lourd : trois hommes, non armés, seront abattus à bout portant, et plusieurs autres blessés…

Construit sur un canevas en trois parties, d’abord la contextualisation des faits et les contours du soulèvement populaire black, puis le drame du motel Algiers, point d’orgue tragique des émeutes, et enfin l’après et le procès qui s’en suivi, DETROIT brille sur tous les niveaux de lecture qui s’offrent au spectateur, tant pour l’efficacité première et le pouvoir d’immersion d’un film qui réussit à captiver le spectateur en ne lui laissant aucune échappatoire, que pour son formalisme brut de décoffrage


FUOCOAMMARE, PAR-DELÀ LAMPEDUSA
- jeudi 23 novembre - 20h - @@ -
- lundi 27 novembre - 20h30 - @@ -
De Gianfranco Rosi - 2017 – 1h49 - VOSTF
OURS D’OR – BERLINALE 2016
SEMAINE SPÉCIALE SEMAINE DE LA SOLIDARITÉ
Autres horaires à venir
[Plus d'infos]

Samuele a 12 ans et vit sur une île au milieu de la mer. Il va à l’école, adore tirer et chasser avec sa fronde. Il aime les jeux terrestres, même si tout autour de lui parle de la mer et des hommes, des femmes, des enfants qui tentent de la traverser pour rejoindre son île. Car il n’est pas sur une île comme les autres. Cette île s’appelle Lampedusa et c’est une frontière hautement symbolique de l’Europe, traversée ces 20 dernières années par des milliers de migrants en quête de liberté.

En se laissant happer par le hasard et en déjouant les attendus, FUOCOAMMARE nous trouble et nous émeut. Sans bruit, il nous cueille avec bienveillance pour nous raconter une histoire étrange et douloureuse qui nous concerne tous, de manière terriblement intime.

Discussion à l’issue de la séance du jeudi 23 novembre à 20h.


UNE FAMILLE SYRIENNE
- vendredi 24 novembre - 19h - @@ -
- samedi 25 novembre - 19h - @@ -
- mardi 28 novembre - 20h30 - @@ -
De Philippe Van Leeuw – Belgique – 2017 – 1h26 – VOSTF
Avec Hiam Abbass, Diamand Bou Abboud, Juliette Navis
SEMAINE SPÉCIALE SEMAINE DE LA SOLIDARITÉ
Interdit aux moins de 12 ans
Horaires à venir
[Plus d'infos]

Dans la Syrie en guerre, d’innombrables familles sont restées piégées par les bombardements. Parmi elles, une mère et ses enfants tiennent bon, cachés dans leur appartement. Courageusement, ils s’organisent au jour le jour pour continuer à vivre malgré les pénuries et le danger, et par solidarité, recueillent un couple de voisins et son nouveau-né. Tiraillés entre fuir et rester, ils font chaque jour face en gardant espoir.

Huis clos poignant tourné à Beyrouth, UNE FAMILLE SYRIENNE fait le choix de toujours garder la violence hors champ, pour s’intéresser à l’existence et au combat au jour le jour des civils. Hiam Abbass, en mère courage, livre une magnifique prestation.


FAUTE D'AMOUR
- jeudi 30 novembre - 20h30 - @@ -
- vendredi 1er décembre - 19h - @@ -
- samedi 2 décembre - 19h - @@ -
- lundi 4 décembre - 20h30 - @@ -
- mardi 5 décembre - 20h30 - @@ -
De Andrey Zvyagintsev – Russie - 2017 – 2h08 - VOSTF
Avec Maryana Spivak, Alexey Rozin, Matvey Novikov
PRIX DU JURY - CANNES 2017
[Plus d'infos]

Boris et Genia sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Genia fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser... Aucun des deux ne semble avoir d’intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu’à ce qu’il disparaisse.

Tout au long du film parviennent les échos d’une actualité pleine de violences et d’effrois de fin du monde. Mais au fond le vrai suspense reste cette généalogie vertigineuse de l’innocence bafouée, de l’amour éternellement trahi. Zviaguintsev le met en scène avec une lucidité et une opacité vertigineuses, une froideur brûlante, une puissance bouleversante.


HAPPY END
- jeudi 7 décembre - 20h30 - @@ -
- vendredi 8 décembre - 19h - @@ -
- samedi 9 décembre - 19h - @@ -
- lundi 11 décembre - 20h30 - @@ -
- mardi 12 décembre - 20h30 - @@ -
De Michael Haneke – France - 2017 – 1h48
Avec Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant, Mathieu Kassovitz, Fantine Harduin
[Plus d'infos]

"Tout autour le Monde et nous au milieu, aveugles." Instantané d’une famille bourgeoise européenne.

Haneke joueur, brillant, cinglant : le maître autrichien est de retour avec un film noir, aux accents de comédie grinçante.

Afin d’organiser la 35ème édition du Festival International du Premier Film d’Annonay, qui aura lieu du 2 au 12 février 2018, la MJC d’Annonay est toujours à la recherche de nouveaux bénévoles aimant le cinéma. Pour plus de détails, n’hésitez pas à nous contacter par mail : cinema@mjcannonay.org